Cercle Algérianiste de Grenoble,
                  de l'Isère et sa région


Association des Français d'Afrique du Nord




Invitation à la conférence de
                  Frédéric Harymbat le 4 décembre 2018 à l'hôtel
                  Lesdiguières 122, cours de la Libération 38100
                  Grenoble 18h00 précise : la question de
                  l'instrumentalisation de l'histoire : regard sur
                  l'histoire coloniale


    Chers amis algérianistes,

    La France est un pays de mémoires lourdes », cette formule de l’historien Henri Rousso, spécialiste de la seconde guerre mondiale, peut parfaitement s’appliquer à notre façon de voir le passé colonial. Il est courant de dire que la mémoire divise et que l’histoire rassemble, rien n’est moins sûr. En particulier parce que, fidèle aux origines de sa fonction, l’historien enquête, c’est d’ailleurs là le sens même du mot « histoire ». Le problème est qu’une enquête se fait à charge et à décharge et suivant les époques, il arrive que le plateau balance d’un côté ou de l’autre. « Histoire héroïsée » visant à construire un mythe collectif contre « Histoire victimaire » visant à assumer la part d’ombre de notre passé mais aussi à culpabiliser ; depuis plus de cinquante ans (c'est-à-dire la fin de la décolonisation) l’enseignement de notre histoire est une source sans fin de polémiques. Le propre de la démocratie est le débat mais est-il opportun que les politiques s’en emparent ? Que des associations en fassent des leviers de pression pour mobiliser l’opinion autour de leurs revendications ? L’historien, et plus modestement le professeur d’histoire, sont parfois soumis à des injonctions leur demandant de faire preuve d’objectivité mais aussi de se transformer en professeur de morale, quitte parfois à transformer l’histoire elle-même. Ce ne sont pas les épisodes qui manquent : les guerres de Vendée, la Terreur, Napoléon, les mutins de 1917, Collaboration et Résistance et n’oublions pas la Colonisation.
    C’est sur ce point que nous aimerions nous pencher, avec vous. Ce moment de notre passé qui s’étend sur une courte période (1880-1962) est pourtant une extraordinaire source de polémiques et de « revisites de l’histoire » montrant que le rapport de notre pays au reste du monde est complexe.

    La conférence s’orientera vers trois directions :
- La construction du mythe colonial ou l’histoire héroïque (1830-1950).
Pour cette partie, nous nous appuierons sur une source privilégiée : les livres d’histoire, les manuels scolaires et les ouvrages pour la jeunesse qui ont, en leur temps, magnifié la construction de l’Empire. Le rôle du soldat, de Mazagran à Camerone, de Tuyên Quang à Fachoda, est central. L’iconographie est aussi très révélatrice.  Ce qu’il est advenu de « la galerie des batailles » à Versailles en est un bel exemple.

- Dans un deuxième temps, nous verrons la mise en place du tribunal de l’Histoire qui suit la fin des années 60. La vision héroïque de notre passé et de ses acteurs  laisse désormais la place aux « sanglots de l’homme blanc ». Le titre de ce célèbre ouvrage de Pascal Bruckner résume à lui seul toute la problématique de l’enseignement de la colonisation. Comment en parler sans verser dans la culpabilisation? C’est ce que nous tâcherons d’évoquer avec vous.

- Enfin nous terminerons sur les polémiques qui ont traversé la dernière décennie et gageons que d’ici la conférence, quelques gaffes, présidentielles ou autres, nous donneront encore matière à discuter. Et d’ailleurs, pourquoi ne pas achever ce voyage dans le temps par un rapide tour d’horizon chez nos voisins ? De la Turquie à la Grande-Bretagne, éprouve-t-on un tel masochisme mémoriel vis-à-vis du passé ?

Petite présentation de votre serviteur : Né à Bordeaux, professeur du Secondaire (CAPES/Agrégation), l’histoire est mon métier, ma passion et mon passe-temps. Je suis particulièrement intéressé par l’histoire militaire coloniale et c’est par ce biais que je suis venu à étudier l’histoire de l’Armée d’Afrique.

                                Frédéric HARYMBAT              


Bulletin de
                réservation




 Henry Baconnier nous a quittés     La Victoire oubliée du Corps Expéditionnaire
                    Français     Le Corps Expéditionnaire
                    Français en Italie     Le Service de santé des Armées dans les
                    territoires du sud algérien


 Revue l'Algérianiste     la valise aux trésors du
                    oued-master


 le RACING UNIVERSITAIRE D'ALGER par Maurice
                    Faglin     la réinstallation des
                    pieds-noirs en Gironde par Laure Maurice   

 CRIER LA VERITE par le
                    Professeur Pierre GOINARD     Nos paquebots par Pierre
                    DIMECH    Pharmaciens de l'Armée
                    d'Afrique

 Notre-Dame d'Afrique  Timgad par Maurice CRETOT     Le colonel-aviateur Jean
                    Baradez archéologue en Algérie par André LEBERT

 Yves Boutin, premier soldat de
                    l'Armée d'Afrique par M. R. BOUGEOIS          O Tipasa par félix LAGROT



 Deux expositions la guerre
                d'Algérie par l'UNC du Dauphiné, et une exigence de
                vérité et Harkis au camp des invisibles d'Elisa Cornu


 Bilan des expositions Harkis au
                  camp des invisibles et Guerre d'Algérie, une exigence
                  de vérité     Quatre articles du Dauphiné
                  Libéré     Blog de l'Union Nationale des
                  Combattants du Dauphiné


 Exposition Harkis au camp des
                  invisibles Plaquette du Conseil Général des Bouches du
                  Rhône



Dernière mise à jour : 13 novembre 2018